Hervé Bourges

Le Club de l’Audiovisuel s’associe à la douleur des proches d’Hervé Bourges, disparu ce 23 février, et salue la mémoire d’une grande figure de l’audiovisuel français.

Hervé Bourges était un homme pétri de convictions, militant de la décolonisation, fervent promoteur de la francophonie qu’il aura défendue jusque dans les coulisses de l’UNESCO comme ambassadeur de la France.

Hervé Bourges était aussi un homme de passion : l’Afrique et l’Algérie bien entendu, la culture il va sans dire. Celui que l’on révérait comme un « apôtre du dialogue et du consensus », ne manquait pas d’autorité et de charisme. A Radio France Internationale, TF1 ou Radio Monte-Carlo et Radio Nostalgie, à Antenne 2 et FR3 qui se regroupent sous sa présidence pour constituer France Télévisions, au CSA enfin, Hervé Bourges aura engagé la transformation du paysage audiovisuel français avec enthousiasme. Sans abandonner les certitudes du journaliste, lui qui avait dirigé l’Ecole supérieure de journalisme de Lille dans les années 70 et créé et présidé l’Ecole supérieure du journalisme à Yaoundé au Cameroun, Ecole n° 1 du continent africain.

Véritable conscience de l’audiovisuel, Hervé Bourges aura su partager son discernement, son exigence de qualité et d’innovation avec le Club de l’Audiovisuel dont il fut membre du jury.

En 2012, les Lauriers de l’Audiovisuel récompensaient l’auteur, l’homme d’action, celui avait été le témoin, mieux l’instigateur, de l’histoire. « L’Algérie à l’épreuve du pouvoir 1962 – 2012 », réalisé par Jérôme Sesquin, témoignait de son amour de ce pays et retraçait sans complaisance cinquante années d’histoire, la difficile construction d’une nation depuis l’indépendance jusqu’aux espoirs déçus du printemps arabe.

Au panthéon de l’audiovisuel, Hervé Bourges restera dans la mémoire du Club de l’Audiovisuel comme un homme de coeur, fidèle en amitié comme aux valeurs de la transmission.

Nous sommes quelques-uns à avoir beaucoup appris d’Hervé. Pour ce qu’il nous a transmis, pour ce qu’il nous a donné, nous lui disons Merci !

Patrick Bézier
Président du Club de l’Audiovisuel